Abonnez-vous à la newsletter "Longue-Vue" !

lundi 14 septembre 2015

[lu sur le web] Lille continue dans la voie des "troisièmes lieux"


Retour sur un article intéressant de La Voix du Nord sur un projet de tiers lieu à Lille (59).

Lille-Fives : sous les halles de Fives-Cail, un lieu de rencontres du troisième type


Publié le 10/08/2015 dans La Voix du Nord



Laurent Courouble, fondateur il y a dix ans du Café Citoyen, a neuf mois pour monter le projet en lien avec les associations et les habitants du quartier. PHOTO «
LA VOIX
»
Laurent Courouble, fondateur il y a dix ans du Café Citoyen, a neuf mois pour monter le projet en lien avec les associations et les habitants du quartier. PHOTO « LA VOIX »
Un café, un magasin de produits locaux, une épicerie solidaire, une crèche,
des espaces collectifs, le tout sous une halle de l’ancienne usine Fives-Cail.
Tel est le «Tiers-Lieu», projet extraordinaire fait par et pour des Lillois ordinaires.
L’innovation, c’est formidable mais c’est difficile à décrire. Comment définir le Tiers-Lieu 
(de son nom de code) de Fives-Cail alors qu’on n’a encore, dans la région, jamais rien vu 
de tel ? Surtout, éviter les expressions toutes faites, « aventure collective », « laboratoire 
d’économie sociale et solidaire »… Pas faux mais pas sexy. Alors que le projet, justement, 
l’est bigrement : construire, sous une halle de Fives-Cail, une maison commune réunissant 
café, crèche, magasin de produits locaux, local d’animation, salle de sport, espaces partagés… 
Des initiatives déjà vues, mais concentrées en un seul endroit, une ancienne friche aux 
espaces généreux… et abordables.

Un centre d’affaires alternatif

À ce stade, le détecteur d’utopie bobo risque de se tintinnabuler. Débranchez-le, il a tout faux.
 Les bonnes fées du projet n’ont rien de doux rêveurs. Le coordinateur, Laurent Courouble,
a créé le Café Citoyen et bossé douze ans dans l’économie sociale et solidaire ; les
partenaires, le resto coopératif Baraka de Roubaix et l’entreprise Pochéco, parangon
« d’écolonomie » de Forest-sur-Marque, n’en sont pas à leur coup d’essai.
« Je suis le premier étage de la fusée, et elle ne décollera que si tout le monde est là »,
explique Laurent Courouble, dans un café de la place De Geyter. Sur son PC portable,
le Fivois fait défiler les photos du Solilab, sorte de centre d’affaires alternatif niché dans
des hangars industriels désaffectés de Nantes. La référence avouée du Tiers-Lieu.
Laurent Courouble a démarré l’étude de neuf mois, cofinancée par la mairie, qui précisera
 le projet et attestera de sa viabilité. « Pour l’instant, les voyants sont au vert », 
note le co-porteur, qui a tenu les premières réunions avec les associations du quartier 
et a trouvé l’oreille de la mairie et de la Soreli (aménageur de la friche).

Une construction en bois

Si les vents sont favorables et les financements réunis, la société coopérative d’intérêt 
collectif d’intérêt, agrégeant toutes les volontés, naîtrait début 2016. Dans l’une des 
halles de Fives-Cail, le long de la future « rue couverte », une construction en modules 
de bois préfabriqués, « facile, pas cher, souple », formerait la maison commune de 750 m2 
au sol, doublée d’un étage. Un lieu à la fois exceptionnel, car inédit, et « banal », 
car ouvert le plus largement possible. Dans l’ancien fleuron métallurgique du Nord,
 une machine-outil jamais vue, une fabrique du bien commun.
Par Sébastien Bergès

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire