Abonnez-vous à la newsletter "Longue-Vue" !

lundi 3 octobre 2016

[Nature dans la ville] Echappée buissonnière à Angers pour la journée "Tourisme et Nature en ville"



Mardi 6 septembre, Prima Terra s’est rendu à Angers pour une Journée Technique « Tourisme et Nature en ville » organisée par Atout France et Plante et Cités.

La journée avait lieu au parc végétal Terra Botanica et a débuté par une intervention de Michel Baslé, conseiller municipal de la ville d’Angers. Ce dernier nous a rappelé l’engagement de la ville d’Angers dans la création et l’entretien des espaces paysagers (5% de son budget) et a attiré notre attention sur le fait que les habitants sont les premiers touristes de leur ville.

Après un mot d’accueil de François Colson, secrétaire de Plante et Cités, et de Denis Griffon, directeur de Terra Botanica, Cécile Léonhardt, de la direction de l’Ingénieurie et du développement des territoires d’Atout France, nous a donné les résultats de l’étude menée par Atout France « Valoriser la nature en ville ».

Elle nous a expliqué que, pour les touristes, la nature était intégrée au patrimoine des villes et que les espaces de nature font partie des « lieux incontournables », parfois même cités comme ceux à découvrir en priorité sur des sites comme « Tripadvisor » pour de nombreuses grandes villes (New-York, Lyon, Nantes, Rennes…).

Les espaces verts sont considérés par les touristes comme des concentrés de vie locale et de bons endroits pour entrer en contact avec les habitants. Les propositions de nature en ville sont même perçues comme novatrices et modernes.
Si la nature n’est pas un élément déclencheur de la décision de séjourner dans une ville, elle participe à son attractivité.

Vincent Garnier, directeur du Comité Régional du Tourisme Centre-Val-de-Loire, nous a proposé une échappée buissonnière vers la marque de territoire « Val-de-Loire », qui regroupe la région Centre et les Pays de la Loire. Il s’agit pour ce territoire de développer 4 filières prioritaires : le patrimoine culturel, le tourisme de nature,  les itinérances douces et l’art de vivre. Un beau programme !

Il nous a cependant alerté sur un certain nombre de problématiques : la nécessité de travailler sur l’accueil des touristes dans les lieux naturels et l’équilibre entre tourisme de masse et préservation des milieux naturels.

 
Michel Péna, paysagiste, nous a ensuite présenté ses réalisations dans la ville de Nice et à l’institut du monde arabe à Paris.

Il nous a invités, non sans humour, à réfléchir sur la terminologie du mot « nature » et notre rapport à celle-ci.
A travers l’exemple de Nice, nous avons pu voir comment la « Coulée verte » retraçant l’ancien chemin de la rivière a pu créer des espaces accueillants et mettre en valeur le bâti alentour.



 
La matinée s’est terminée par une table ronde autour de la question « Service des espaces verts, services en charge du tourisme, quelles collaborations possibles ? ».

Jacques Soignon et Aurélie Peneau, respectivement directeur du service des espaces verts et de l’environnement de Nantes et directrice du développement touristique au Voyage à Nantes, nous ont présenté la politique de leur ville, qui a misé sur la nature, la culture et la créativité pour développer son attractivité. Nantes, qui souhaite devenir « la ville dans un jardin » bénéficie de l’esprit collectif de ses différents acteurs, qui font aux habitants et aux touristes des propositions interactives et  conviviales, pour le ravissement des petits et des grands.

Ils étaient accompagnés par Jean-Yves Lebrun, élu à l’éco-tourisme et aux jardins familiaux, qui a avancé que les évènements festifs étaient aussi de bons moments pour sensibiliser les visiteurs à l'écologie.

Valentine Vernier, de l’office de tourisme et Metz, et Sébastien Marqueton, directeur adjoint des Parcs et jardins de Metz, ont corroboré la vision de leurs homologues nantais, en ajoutant que ces propositions permettaient de mettre en avant le travail des jardiniers.

Les interventions de Daniel Garnier, paysagiste et membre du jury départemental Bouches-du Rhône des Villes et Villages Fleuris, et de Jean-Marie Plantard, animateur du réseau national Villes et villages fleuris, ont permis d’orienter le débat vers l’intérêt pour les villes d’obtenir des labels, que ce soit en terme de visibilité, de challenge ou de retour critique sur les actions menées.

Après le déjeuner, Jean-Luc Gaignard, de Terres des Sciences et Végépolys, Fanny Maujean, directrice du service parcs, jardins et paysages de la ville d’Angers et d’Angers Loire Métropole, et Corinne Amigouët, d’Angers Loire Tourisme, nous ont présenté la Stratégie touristique territoriale d’Angers Loire Métropole, autour de la filière du végétal. Ils nous ont présenté les difficultés et les réussites dans cette stratégie, expliqué leur volonté de faire des angevins les ambassadeurs d’Angers en tant que ville du végétal et montré comment la ville associe nature, patrimoine et innovation.


Après une rapide visite de Terra Botanica, direction les « Jardins d’expression » au Parc de Pignerolle à Saint Barthélémy d’Anjou.


Nous avons pu découvrir les 39 jardins réalisés par des écoliers ou des étudiants, grâce au soutien d’entreprises, de paysagistes, de designers...etc, autour du thème de cette année « Potager connecté ».

Nous avons eu un coup de cœur pour les réalisations des écoles primaires qui étaient vraiment inventives, décalées et esthétiques.


 

Une expérience qui fait réfléchir sur la façon dont est pensée la nature dans le ville : Pourquoi ne pas davantage demander aux enfants de participer aux aménagements des jardins ?




Si cette thématique vous intéresse, rendez-vous aux Journées d’automne européennes et francophones de la créativité dans les territoires, organisées par l'Espace Mendès France à Poitiers, au cours desquelles Mathilde Elie, de Prima Terra, fera une intervention sur "la Nature dans la ville".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire